Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

"Le Retour au Désert" au Théâtre de la Ville
« Une comédie sur un sujet qui n’est peut-être pas tout à fait – ou seulement – un sujet de comédie » écrit Bernard–Marie Koltès à propos de sa pièce « le Retour au désert ».
Les retrouvailles du frère et de la sœur, si elles ne donnent pas lieu à des éclats de rire permanents, n’en sont pas moins tellement paroxystiques par moments, aux limites de la bestialité, que nous ne pouvons que sourire voire rire franchement des répliques et des situations caustiques et cyniques dont la pièce est truffée.
Après plusieurs années d’absence, Mathilde revient d’Algérie avec ses deux enfants. Elle reprend possession de sa maison, habitée par son frère Adrien et sa famille. Tout de suite, c’est l’explosion. Tout dérape, tout échappe, tout remonte. Ces deux-là ne peuvent s’entendre tant ils se haïssent, tant leurs enfances et leurs jeunesses les rattrapent et finalement tant ils s’aiment et ne peuvent que s’opposer pour mieux se sauver.
Nous sommes au début des années 1960, en pleine guerre d’Algérie. Bernard-Marie Koltès dénonce les attentats racistes, la xénophobie, le colonialisme rampant et l’empire de la bourgeoisie de province. Sa pièce est porteuse de messages politiques et sociaux qu’une écriture directe, vivante et fantasmagorique transforme en comédie. Nous suivons le fil ténu de l’histoire et nous faisons surprendre par des instants suspendus, des monologues impressionnants qui expriment pour chacun d’eux, des considérations délibérément drôles ou oniriques de l’auteur sur les relations interhumaines, les aspirations d’avenir, les illusions enfouies, les espérances impossibles.
Arnaud Meunier propose une mise en scène totalement au service du texte et de ses messages, dans une approche incisive des relations entre les personnages et une visibilité agrandie du huis-clos initialement prévu par la pièce. La dimension dramatique et politique se conjugue pour faire « théâtre ».
La distribution est remarquable. Le « couple fraternel » est explosif avec Catherine Hiégel et Didier Bezace, magnifiques et brillants.
Un moment fort de théâtre qui fera date sans doute.
Jusqu'au 31 janvier à 20h30 et 15h00 le dimanche - 2 place du Châtelet, Paris 4ème - 01.42.74.22.77 -theatredelaville-paris.com

Partager cet article

Repost 0