Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

UND au Théâtre de la Ville (théâtre des Abbesses)
Le terme de « spectacle vivant » convient tout à fait à ce spectacle. La performance de Natalie Dessay est exceptionnelle, la mise en scène et la scénographie sont extraordinaires et incroyables. Un délice entretenu tout le long, nous rendant curieux de ce qui va suivre, être dit ou ressenti.
Nous sommes en terre inconnue. Pris dans un tourbillon permanent où le récit intriguant de cette femme, tel une logorrhée dramatique et violente nous saisit et nous inquiète. Impatients de comprendre ce qui arrive. Surpris et émerveillés de découvrir finalement que cette attente est vaine et que seuls les instants égrenés qui nous sont confiés structurent les propos de cette femme rêvant sa vie ou vivant un rêve. Est-elle prisonnière de son état ou d’une situation qui la soumet ? Est-elle démente ou folle d’amour ? On ne sait pas.
Le public s’installe alors qu’Elle est là, au milieu du plateau, figée dignement dans une robe aux reflets rouges, épousant son corps à la silhouette magnifique comme dessinée par un peintre. Autour d’Elle, rien. Si ce n’est un guéridon où le plateau du thé attend. Au-dessus d’Elle, un gigantesque lustre composé de grandes lames de glace qui se désagrègeront au fil du spectacle jusqu’à s’écrouler une à une progressivement et bruyamment. Au bord du plateau, le musicien Alexandre Meyer qui créera une ambiance sonore aux accents de musique concrète et accompagnera ou ponctuera la musicalité du récit.
Tenus en haleine par cette découverte sonore et dramatique permanente, nous vivons au rythme des agressions extérieures d’un individu qui semble vouloir entrer. Est-il celui qu’Elle dit attendre ? Est-il un fantasme de ses peurs qu’Elle invente ? On ne sait pas non plus. Ses propos décousus mais cohérents nous parlent de sa fierté d’être aristocrate, de son amour vrai ou vain, réel ou pas. Elle nous dit qu’elle est juive, que c’est peut-être une mise importante du jeu qui se joue avec Lui. Mais Lui existe-t-il ?
Ecrit en 1999, « Und » est le seul monologue dramatique à ce jour de l’auteur britannique Howard Barker. Il offre ici une partition théâtrale aux allures d’opéra sans orchestre, d’un étourdissant effet.
Le travail précis de mise en scène de Jacques Vincey et de toute son équipe comme l’époustouflante interprétation de Natalie Dessay renforcent l’incroyable puissance de ce spectacle inoubliable.
Du mardi au samedi à 20h30 – Théâtre des Abbesses, 31 rue des Abbesses, Paris 18ème – 01.42.74.22.77 – www.theatredelaville-paris.com

Partager cet article

Repost 0