Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un petit bijou d’interprétation pour cette histoire cynique et bouleversante de l’auteur dramatique Terence Rattigan, nous faisant vivre l’avant-dernier jour de l’année scolaire d’un professeur de grec d’une école privée britannique dans les années 1940.

Le professeur Andrew Crocker Harris est magistralement interprété par Jean-Pierre Bouvier. Étonnant dans la douleur de l’abnégation et dans la soumission à l’ordre établi comme au harcèlement quasi sadique de son épouse, il détonnera dans la puissance de la rédemption de son personnage. Il nous prend, nous surprend et nous émeut du début à la fin. Du grand art.

Il emporte avec lui une distribution particulièrement brillante, sans exception. Parmi laquelle ressort également la magnifique Marie Bunel qui joue cette femme diabolique qu’on aimerait haïr mais on ne peut pas, tant elle est lumineuse de sincérité et porte en elle si bien la propre souffrance de l’épouse, cherchant vainement et à tous crins le bonheur, même si l’honneur n’en sort pas sauf.

Le professeur de grec Andrew Crocker Harris vivra ce jour-là son lot d’humiliations et de révélations jusqu’à ce moment où un élève lui offre en cadeau d’adieu la version grecque d’Agamemnon d’Eschyle de Browning. Pouvons-nous penser qu’une forme de césure aura lieu alors ? Que la pièce basculera à ce moment-là ? Et que Crocker Harris se libérera progressivement de la rancœur enfouie jusqu’à prendre conscience de son état et de son avenir ? La fin de la pièce nous le dira.

L’adaptation et la mise en scène de Patrice Kerbrat semblent privilégier une dramaturgie proche du thriller intime. Sans effets ajoutés, tout semble centré sur les jeux des personnages, leurs sentiments, leurs relations et leurs évolutions. Le public assiste, pris et surpris, à cette alternance ténue de moments privées et publics où dans ce monde « so british » les personnages jouent et se déjouent des liens qui les unissent ou les emprisonnent.

Un régal de théâtre, un délice d’interprétation, un spectacle à savourer.

 

Adaptation et mise en scène de Patrice Kerbrat. Avec Jean-Pierre Bouvier, Marie Bunel, Benjamin Boyer, Pauline devinat, Philippe Etesse, Nikola Krminac, Thomas Sagols.

Du mardi au samedi à 21h00, le dimanche à 15h00 – 75 boulevard du Montparnasse, Paris 6ème – 01.45.44.50.21 – www.theatredepoche-montparnasse.com

 

LA VERSION BROWNING au Théâtre de Poche Montparnasse
LA VERSION BROWNING au Théâtre de Poche Montparnasse
LA VERSION BROWNING au Théâtre de Poche Montparnasse

Partager cet article

Repost 0