Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dans une pièce de Thomas Bernhard, ne nous étonnons pas que quand une fratrie se retrouve pour un déjeuner dans la maison familiale, même si c’est pour fêter le retour du frère de l’hôpital psychiatrique, cela devient le prétexte à se livrer combat tout le long d'une conversation qui dérape. Des retrouvailles aux allures de rituel bourgeois, qui échouent parce qu’elles ne peuvent qu’échouer pour que le plaisir soit ainsi tout à fait partagé.

Publiée en 1984, Thomas Bernhard choisit comme toile de fond de nouveau le milieu artistique, théâtral en particulier ici et fleurit son texte de réflexions acerbes dont le caractère philosophique ironise en permanence. Nous retrouvons les thèmes favoris de l’auteur comme la polémique poussée au scandale, le conformisme castrateur et les habitudes conventionnelles familiales ou sociales qui l’irritent autant qu’elles l’amusent. 

Son écriture est riche de monologues proches de monodies parlées, de répétitions ciselées et de répliques dont l'importance prévaut toujours aux situations. Nous rions d’un jaune pur, nous grinçons des dents devant la crudité cruelle des sentiments jetés à la figure et nous sourions souvent (pas en même temps, rassurez-vous) dans cette histoire de bon déjeuner familial où tout se passe comme on en rêve peut-être... Cela nous ferait presque envie de passer à table à notre tour dans cette bizarre et somptueuse euphorie malgré le diabolique d’un tel repas !...

C’est intéressant de voir ainsi décrite la lie pourrissante fabriquée par une éducation familiale aux codes trop stricts et liberticides. C’est hilarant et jouissif de savourer ces délices de révoltes dues à la folie et au cynisme des personnages particulièrement bien dessinés par le dramaturge.

Les comédiens Agathe Alexis, Yveline Hamon et Hervé Van Der Meulen sont impressionnants dans leur interprétation qui frise l’excellence. Du très beau travail ! La mise en scène adroite d’Agathe Alexis dessine ces retrouvailles d'un caustique élégant et ravageur avec des regards, des silences, des éclats d'impulsivité et des relations tendues d'une précision au cordeau.

Un spectacle cruel et drôle, servant la langue de Thomas Bernhard d’une très belle façon. Incontournable moment de théâtre dont la reprise est amplement justifiée. À voir sans hésiter.

 

De Thomas Bernhard. Mise en scène : Agathe Alexis.  Scénographie et costumes : Robin Chemin. Réalisations sonores : Jaime Azulay. Lumière : Stéphane Deschamps. Chorégraphie : Jean-Marc Hoolbecq. Collaboration artistique : Alain Alexis Barsacq. Avec Agathe Alexis, Yveline Hamon et Hervé Van Der Meulen.

Les lundis, mercredis et vendredis à 20h30, les jeudis et samedis à 19h00 et les dimanches à 17h00 - 10 place Charles Dullin, Paris 10ème – 01.46.06.11.90 - www.theatre-latalante.com

 

- Photo Pascal Gély -

- Photo Pascal Gély -

- Photo Nathalie Hervieux -

- Photo Nathalie Hervieux -

- Photo Nathalie Hervieux -

- Photo Nathalie Hervieux -

Partager cet article

Repost 0