Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L’homme est en pleine séance d’analyse quand la pièce commence. C’est ballot, nous l’aurions su avant, nous serions rentrés plus tard dans la salle. C’est vrai quoi, il y a comme un impudique voyeurisme à se trouver là, à entendre ses règlements de compte avec les étaux de la morale, de l’éducation maternelle et de l’absence du père, à découvrir cette douleur d’avoir perdu l’affection bienveillante de sa sœur. Un peu plus, on se projetterait presque.

Mais le rire est là, protecteur du puits aux parois de miroirs, maçon du mur de la distance salvatrice et libérateur des tensions que nous ne pouvons que sentir venir, fourbes et précises comme des liens avec nos propres vies.

Il a beau dire, il a beau faire, nous voyons bien que cet homme-là a fait son chemin de croix sur les routes de la raison. Il s’est opposé aux obstacles, il a contourné les pierres juchées ici ou là, créés par l’abandon de l’enfance, les besoins d’affection protectrice de sa mère et le deuil douloureux de la grande sœur aimée. L’homme crie les affres et les découvertes de son parcours comme pour mieux nous convaincre d’y penser à deux fois avant de regarder le nôtre.

Sa hargne de dire comme sa joie de vivre, le rire à la main,  nous questionnent adroitement. Faut-il vivre selon ses désirs, en toute conscience de soi et des autres ou survivre, baignés du doute et du bien dictés par les percepts d’une éducation contrainte à la peur du monde, de ses dangers et de ses inconnus ? Exister sans prédétermination avec pour seul besoin le bien-être dans sa quête du bonheur, pour seul don l’amour et pour seule dette le respect du bien social, n’est–ce pas là vivre heureux et libre, sans l’appui métaphysique d’une croyance imposée ?

Le petit garçon devenu grand n’est pas tout seul. Une femme est là. Sa sœur sans doute ? Une pensée fantasmagorique ? Une voix de sa conscience ? Des souvenirs heureux qui ressurgissent ? Elle chante et s’accompagne à la guitare, elle parle, murmure, fait résonner sa voix, joue avec lui. Présence bienfaisante et bienveillante, secours gracieux.

Cette pièce est une fichue bonne claque aux mauvaises odeurs de la terreur semée par le doute. Une ode à l’éducation à l’esprit critique. À l'épanouissement de la conscience par la connaissance. Au combat contre l’ignorance faisant le lit de la soumission aux croyances non pensées.

L’écriture de Régis Vlachos est incisive, piquée d’un humour corrosif et franc, aux allures d’un poème épique contant la lutte pour l’émancipation de l’individu et de sa conscience sociale, le libérant du joug des croyances vaines autant qu’infondées. L’auteur apporte les séquences avec la femme et l’homme comme pour bousculer un monologue qui ne serait pas d’aloi et rend spectaculaire le texte par des respirations bienvenues de musique, d’interactions et d’effets visuels.

La mise en scène de Franck Gervais accompagne l’allant du texte, sa drôlerie, sa poésie, son ganté de velours dans une main de fer. Nous sentons une orchestration fine, discrète et précise.

Les deux comédiens, le charismatique Régis Vlachos et la lumineuse Charlotte Zotto jouent avec une ardeur convaincante, une joie communicative. Les textes ressortent, les réflexions s'animent, les émotions touchent.

Un spectacle troublant les idées reçues comme des cailloux l’eau de la marre. Un moment réflexif, accessible et franchement drôle. À ne pas manquer !

De Régis Vlachos. Mise en scène de Franck Gervais. Création vidéo de Maxime Trévisiol. Lumière de Franck Gervais. Son de Caroline Calen. Costumes de Gaël Yannic. Avec Régis Vlachos et Charlotte Zotto.

Les lundis et mardis à 21h30 – 6 rue Pierre au lard, Paris 4ème – 01.42.78.46.42 – www.essaion.com

- Photo © Pierre François -

- Photo © Pierre François -

- Photo © Pierre François -

- Photo © Pierre François -

- Photo © Pierre François -

- Photo © Pierre François -

- Photo © Pierre François -

- Photo © Pierre François -

Partager cet article

Repost 0