Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un chouette spectacle musical au plaisir de bon aloi, retraçant sans lourdeur les affres et les aléas des cafés concerts, des goguettes et des cabarets qui permirent de vivre et de survivre malgré la guerre puis l’occupation, dès le début de la mobilisation d’aout 1914.

Les pratiques musicales, très répandues alors à la ville comme à la campagne, devinrent avec la chanson un média précieux pour se confronter à l’air du temps. Instrument de propagande, de réconfort ou de révolte, la chanson fut une actrice à part entière de la Grande Guerre, nous disent les historiens.

Malgré l’horreur des dégâts connus ou redoutés et faisant son lot de l’absence significative des moyens habituels des salles de théâtre, l’ardeur et la fréquentation de ces lieux de divertissement ne faiblissent pas. Lieux de résistance ou de délinquance aussi, la population trouve dans ces espaces, du plaisir éphémère et sans doute nécessaire comme autant de bulles d’oublis, d’apaisements et d’attente. Loin du front mais si proche de la mort.

Le répertoire de ces cabarets se compose avant tout de chansons patriotiques mais aussi de celles plus salaces, truffées de demi-mots ou de sous-entendus pour que le plaisir prévale et permette le refuge de la peur. Des variétés de music-hall faites de danses, de mimes, d'entrées de clown et autres numéros circassiens s’ajoutent aux spectacles au gré des changements volontaires ou contraints.

Avec ce spectacle, la Team Rocket Cie et son directeur artistique Cristos Mitropoulos nous concoctent LE CABARET BLANCHE, un magnifique hommage de cette période et de ces lieux, tenus par «ceux qui sont restés», empêché(e)s ou insoumis(es) et dont la tendance interlope s’habille par nécessité avec les moyens du bord, mais demeure habile et rusée pour montrer ses différences.

Une histoire romantique à souhait, avec une agréable poésie de la désuétude et une bonne humeur complice, sert de fil conducteur à des numéros chantés de belle qualité reprenant les chansons d’époque avec un enthousiasme communicatif. Musiciens et comédiens-chanteurs, bluffant de précision et de justesse, nous emporte dans cette fable de Pippo, l’orphelin qui trouvera au cabaret une nouvelle famille. Des références en forme de reprises ou de d’imitations du comique américain de l’époque (Buster Keaton et Charles Chaplin) et de celui des chansonniers français (Fragson, Dranem ou Vincent Scotto), rendent le spectacle plaisant, tendrement burlesque et joyeusement sympathique.

Un moment au charme fou et coloré d'onirisme espiègle, qui nous enveloppe de sensations douces et rieuses tout le long de ce spectacle de théâtre musical adroit et savoureux. À voir sans hésiter !

 

Un spectacle de Léo Guillaume et Cristos Mitropoulos avec la participation de Ali Bougheraba. Décors de Olivier Hébert. Costumes de Virginie Bréger et Christian Courcelles. Chorégraphies de Camille Favre-Bulle. Lumières de David Darricarrère. Arrangements: Stéphane Lopez, Patrick Gavard-Bondet et Djamel Taouacht. Son: Mathieu Cacheur. Avec Pierre Babolat, Stéphane Bouba Lopez, Sylvain Deguillame, Benjamin Falletto, Camille Favre-Bulle, Patrick Gavard-Bondet, Cristos Mitropoulos et Djamel Taouacht.

Les mardis, vendredis, samedis à 20h30 ; les mercredis et jeudis à 19h00 et en matinée le samedi 16h00 – 20 avenue Marc Sangnier, Paris 14ème01.45.45.49.77 – www.theatre14.fr

- Photo © Lot -

- Photo © Lot -

- Photo © Lot -

- Photo © Lot -

- Photo © Lot -

- Photo © Lot -

- Photo © Lot -

- Photo © Lot -

- Photo © Lot -

- Photo © Lot -

Partager cet article

Repost 0