Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Une série de tableaux drôles et réussis, aux saveurs douces amères où le rire nous échappe pour de pas grincer des dents par ce que le texte nous renvoie d’horrifiant dans la réalité du monde du travail.

Qu’il s’agisse de souvenirs, d’écoutes ou d’observations, nous avons tous été ou sommes encore confrontés dans notre histoire de vie à ce que peut représenter, peu ou prou, les souffrances au travail. Et ce, dès les entretiens d’embauche.

Le texte d’Anne Bourgeois présente adroitement une palette de registres. Chaque tableau nous permet de nous confronter aux enjeux émotionnels véhiculés par des entretiens d’embauche différents, accompagnés volontairement ou involontairement d’autres demandes plus profondes et personnelles. Et nous sommes servis : Entre pertes de la confiance en soi et du sentiment de dignité, de l’estime de soi et de sa capacité à réussir jusqu’à la rupture de son self contrôle, le découragement et la révolte, tout y passe !

Stress négatif, soumission à la conformité attendue, jeux identitaires où se troublent le « moi » avec le « soi », l’espace privé avec l’espace public, le devenir professionnel avec le désir personnel… Combien d’efforts, d’abnégations et de renoncements faut-il faire pour répondre à la demande socio-professionnelle, s'y conformer, s'y soumettre pour exister encore ?

Tenter de séduire sans plaisir des interlocuteurs par nécessité de leur plaire ; s’abandonner avec sincérité à l’espoir d’être choisi non pas pour ce qu’on est mais pour ce que l’on vaut ; fusionner la promesse d’un travail avec la promesse d’un avenir meilleur, d’un accès au bonheur… Est-ce ainsi que les gens vivent, que l’humanité doit être dans les relations sociales ?

Le spectacle ne sombre pas, heureusement, dans une sorte de litanie de plaintes vaines de supplices vécus. Au contraire !...

La mise en scène de l’auteure est alerte et enjouée, cherchant à montrer sans démontrer, laissant la place à l’ironie et au caustique pour cheminer et nous toucher de leurs effets.

Pêchue et convaincante, la comédienne Laurence Fabre nous emporte dans ces tableaux dévastateurs et rieurs. Elle joue tous les personnages avec malice et brio, nous fait sourire et rire (plutôt jaune) des aléas, des tourmentes et des affres des entretiens d’embauche. Elle sait égratigner avec espièglerie ou puissance de feu, à chaque fois que c’est possible, les recruteurs abusant de leur pouvoir ou jouant avec leurs victimes comme des chats (qu’il faudrait castrer), avec leur balle.

Un spectacle sympathiquement drôle, qui nous fait réfléchir aux relations humaines dans le monde du travail et plus largement…

 

Texte et mise en scène d’Anne Bourgeois. Lumières de Laurent Béal. Univers sonore de Jacques Cassard. Costumes de Corinne Page. Avec la voix de Margot Aïra, la présence vocale de Fabrice Drouelle et Laurence Fabre.

Du mardi au samedi à 19h00 – 41 Boulevard du Temple, Paris 3ème – 01.48.87.52.55 – www.dejazet.com

- Photo © Laurencine Lot -

- Photo © Laurencine Lot -

- Photo © Laurencine Lot -

- Photo © Laurencine Lot -

- Photo © Laurencine Lot -

- Photo © Laurencine Lot -

- Photo © Laurencine Lot -

- Photo © Laurencine Lot -

- Photo © Laurencine Lot -

- Photo © Laurencine Lot -

- Photo © Laurencine Lot -

- Photo © Laurencine Lot -

Partager cet article

Repost 0