Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Au prétexte d’une émission de radio, un célèbre artiste-peintre se prête volontiers à une interview à laquelle il est invité par un critique d’art très connu. Il se livre et se délivre.

Les questions incisives cherchent les liens entre la vie et l’œuvre. Souvent coupées par la verve fougueuse de l’invité, ces questions rencontrent la passion et la radicalité. Il semble que l’autorité socialement reconnue du peintre en matière artistique fusionne avec une sorte de quête de domination de chaque instant. Comme pour échapper à la peur de se voir dans ce qu’il dit, au risque de trop parler et au désir dangereux d’être découvert.

Réalité du présent et fantômes du passé se croisent sur le plateau. Pour évoquer sa vie, il convoque les personnages de son histoire. Sa mère, son amante, lui-enfant, son frère et son ami d’enfance interviennent pour hanter avec force ses propos.

Le récit provoque. Nous voyageons, tout le temps de l’émission-spectacle, dans les rappels fulgurants de la mémoire et les pulsions soudaines de l’inconscient qui surgit. Nous nous laissons prendre à son écoute, à l’urgence de dévoiler les sources qui fondent et nourrissent son inspiration et sa sensibilité depuis l’enfance.

L’écriture de Pascal Rambert, sa scénographie et sa mise en scène paraissent jongler avec la précision des mots et leurs florilèges d’associations, les concepts existentiels, les émotions vives et les doutes meurtris.

La scène éclaire le discours autant que celui-ci la guide.

Beaucoup de rhétorique et de dialectique rendent le texte exigeant et pesant. Par des redondances et des accentuations, des mélopées éthérées et des répliques ciselées, des silences et des regards.

Un théâtre d’acteurs et « un théâtre pour les acteurs » avant tout, qui ne peuvent que se régaler d’avoir à défendre ce texte proche de la performance, que Rambert a écrit pour chacun d’entre eux.

Les sujets traités traversent la vie de l’artiste et son art mais aussi le théâtre, souvent pointé avec un sourire en coin, et la critique d’art, aimablement égratignée pour lui donner sa place ou la remettre.

Les comédiens de la Troupe, sublimes, nous subjuguent. Cécile Brune, Denis Podalydès, Alexandre Pavloff, Hervé Pierre, Pierre-Louis Calixte, Jennifer Decker (et un enfant) nous envoutent de leurs charmes, nous transportent de bout en bout. Ils offrent leur sincérité et leur précision à cette pièce pour lui donner les saveurs et les couleurs d’une introspection spectaculaire.

Une expérience théâtrale impressionnante qui fait appel à une attention soutenue du spectateur, où l’ennui se perd parmi l’intensité et la tension de plusieurs moments uniques par leur superbe.

 

Texte, mise en scène et scénographie : Pascal Rambert. Costumes : Anaïs Romand. Lumières : Yves Godin. Musique et sons : Alexandre Meyer. Assistanat à la mise en scène : Maryse Estier (Académie de la Comédie-Française).

Avec la troupe de la Comédie-Française : Cécile Brune, Denis Podalydès, Alexandre Pavloff, Hervé Pierre, Pierre Louis-Calixte et Jennifer Decker.

Et en alternance : Anas Abidar ou Nathan Aznar ou Ambre Godin ou Jeanne Louis-Calixte.

 

Le mardi à 19h00, du mercredi au samedi à 20h30 et le dimanche à 15h00 –

21 rue du Vieux-Colombier, Paris 6ème – 01.44.58.15.15 - www.comedie-francaise.fr

- Photo © Christophe Raynaud de Lage. Collection Comédie-Française -

- Photo © Christophe Raynaud de Lage. Collection Comédie-Française -

- Photo © Christophe Raynaud de Lage. Collection Comédie-Française -

- Photo © Christophe Raynaud de Lage. Collection Comédie-Française -

- Photo © Christophe Raynaud de Lage. Collection Comédie-Française -

- Photo © Christophe Raynaud de Lage. Collection Comédie-Française -

- Photo © Christophe Raynaud de Lage. Collection Comédie-Française -

- Photo © Christophe Raynaud de Lage. Collection Comédie-Française -

Partager cet article

Repost 0