Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Unique en son genre, ce spectacle sera joué quatre représentations. Quatre beaux et magnifiques saluts à Philippe Adrien qui passe la main à Clément Poirée pour la direction du Théâtre de la Tempête.

Quelle bonne idée de donner ce texte de Philippe Adrien, écrit en 1967, avec pour cette occasion une douzaine de comédien-nes qui ont joué peu ou prou avec le grand auteur-metteur en scène ! L’émotion aurait pu virée tristesse dans ce banquet-hommage et bien que nenni Tatie ! La joie est au rendez-vous, le rire permanent et le repas bon comme un repas de famille, un dimanche chez Mémé.

Sauf peut-être pour les personnages qui se sont colletés les uns aux autres tout le long du repas chez les Louis où les Jean sont invités. Deux familles ordinaires pour une rencontre ordinaire à la table dominicale où parents et enfants s’en donnent à corps et à cri dans une jungle de relations et de situations. Nous sommes chez les Groseille avant l’heure ou presque, avec un côté Bidochon ou presque !

Le texte grinçant peint une série de portraits craqués et croqués. La mère Louis possessive et brutale, le père Louis faible et taiseux, la mère Jean pipelette à la mitraillette, le père Jean grande-gueule, le grand-père Jean zombi mais heureux et les enfants des Louis et des Jean comme on n’en trouve que dans « la guerre des boutons » ou chez Queneau !...

Ah les enfants des Louis et des Jean ! À eux tous, ils font la troupe. Ils semblent nous offrir une revanche avec l’enfance. Ils jouent comme ils rêvent, tout en espoir de victoire sur ces adultes qui ne sont que dominateurs et violents, collants au lieu d'attentionnés. Ils mettent le feu dès que possible et ça marche ! Un instant spécieux peut devenir tout à coup une fête où petits et grands se retrouvent le temps d’un délire collectif.

Cette lecture jouée avec une maitrise incroyable, une fougue et un abattage du feu du diable est habilement « mise en bouche » par Clément Poirée qui choisit la piste comme plateau comme pour mieux nous montrer les fauves et les clowns de cette étrange et hilarante histoire. Une piste entourée de gradins et de tables où les spectateurs banquettent, servis par les comédiens.

Un langage fleuri et fantasque nous plonge souvent dans des mers de poncifs ou des océans d’impossible, parmi des rêves éveillés et des moments surréalistes où le rire éclate et les sourires s'illuminent en permanence. Drôle et décalé. Agréable et surprenant.

Une ambiance conviviale, chaleureuse et touchante pour ce BANQUET LA BAYE à la qualité artistique cinq étoiles.

Un bien bel hommage au grand Philippe Adrien.

 

De Philippe Adrien. Mise en bouche Clément Poirée. Scénographie Erwan Creff. Lumières Gilles David. Vidéo Michaël Bennoun. Costumes Hannah Sjödin. Musique et son Stéphanie Gibert et Sacha Todorov. Maquillages et coiffures Pauline Bry. Régie générale Laurent Cupif, Yann Nédélec et Bernard Thézan. Régie plateau Bastien Sage. Montage du décor Arnaud Boisbouvier, Sébastien Jouen, Thierry Peracini et Romain Rivière. Habillage Emilie Lechevalier. Stagiaires décor Pierre-Lucas Richard et Théa Macara.

Avec Christine Braconnier, Pierre-Alain Chapuis, Eddie Chignara, Sarajeanne Drillaud, Jean Claude Fall, Camille Garcia, Pierre Lefebvre Adrien, Matthieu Marie, Guillaume Marquet, Laurent Montel, Juliette Poissonnier, Mireille Roussel, Mila Savic et Sacha Todorov (pianiste).

 

Du mercredi 22 au samedi 24 à 20h30 et dimanche 25 juin à 16h00 – Cartoucherie, route du Champ de Manœuvre, Paris 12ème – 01.43.28.36.36 – www.la-tempete.fr

Partager cet article

Repost 0