Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Oyez ! Oyez ! Le 11ème festival des MISES EN CAPSULES a démarré lundi et brillera jusqu’au samedi 17 juin ! Qu’on se le dise !...

Oui car il n’y a aucun doute, il ne faut pas rater cet « Avignon » avant l’heure, cette bouffée de joie et de chants d’amour au théâtre où en une demi-heure, nous sommes pris et surpris pas chacune de ces pièces courtes, cinq pièces par soirée.

Ce mercredi, au programme, il y avait : LÀ - JEANNE D’ARC, LE PROCÈS BRULANT - STRIPTEASE 419 - SALOPERIE - AUJOURD’HUI LA PLUIE.

 

LÀ :

Que faut-il faire pour prouver qu’on est noir ? Un huis clos avec deux personnages. Un voyage en absurdie où rien n’est évident et tout est commentable. Là où il faut démontrer être noir ou être une femme pour être cru-e et encore, rien n’est acquis !... Drôle et très bien joué, un fichu bon spectacle.

De Tania de Montaigne. Mise en scène de Léa Moussy.
Avec Fabrice Moussy et Xavier Thiam.

 

JEANNE D’ARC, LE PROCÈS BRULANT :

Une pochade burlesque jonglant avec le non-sens et les clins d’œil à Kaamelot et Monty Python. La salle a beaucoup ri, autant sans doute que les comédiens s’amusaient.

De Benoît Celotto et Pauline Marteau. Mise en scène de Johanna Boye. Avec Sophie de Fürst, Arnaud Denissel, Laurent Paolini et Clément Séjourné.

 

STRIPTEASE 419 :

Adaptation de l’émission télévisuelle culte par la troupe elle-même. Un ensemble potache pour cet hommage aux gens d’ici ou bien d’ailleurs, leurs doutes et leurs troubles. Les jeunes comédiens se donnent avec ardeur et sincérité.

Création collective et interprétation (à partir de l’émission TV Striptease) par Ambre Febvre, Thomas Larbey, Paul Lourdeaux et Salomé Scotto.

 

SALOPERIE :

Petit bijou de la soirée. Texte émouvant. Mise en scène soignée et prenante. Une histoire d’amour et de haine entre une mère et sa fille sur fond de rapatriement des français d’Algérie. Déchirements et rancœurs. Douleurs et espoirs. Très bien joué et chanté (le chœur représentant la fille est délicieux), entre rêve et cauchemar, ce spectacle est remarquable.

De Karina Beuthe et Azize Kabouche, inspiré et adapté de « Les Mots pour le Dire » de Marie Cardinal. Mise en scène de Azize Kabouche assisté de Mathilde Martinage. Scénographie de Philippe Jasko.

Avec : Karina Beuthe, Azize Kabouche, Emma Kabouche, Lucie Mantez, Louise Marco, Margaux Gorce, Laure le Rouzic et Pauline Moulin-Klimoff.

 

AUJOURD’HUI LA PLUIE :

Passé et présent entremêlés pour cette histoire sympathique et attirante. Écrite et mise en scène dans le style d’Alexis Michalik (rien moins, belle référence !) avec les comédiens jouant plusieurs personnages et les changements à vue, leurs parcours narrés et joués, mélangés d’onirisme et de fiction, parsemées de références scientifiques ou historiques.

Texte et mise en scène de Roman Sitruk.

Avec : Dominique Guillo, Christopher Bayemi, Aude Roman, Fiona Levy et Théo Askolovitch.

 

Tout le long de la soirée, nous passons par de nombreuses couleurs de la palette théâtrale. De pantalonnades en histoires sombres, de narrations en histoires jouées, nous nous frottons et nous piquons volontiers de burlesque ou de tristesse, de rêve ou de remords, d’absurde ou de réalisme, autant de moments drôles ou tristes, c’est selon, mais toujours impressionnants.

Le public parait enchanté de ce voyage merveilleux au pays du jeune théâtre. L’enthousiasme est de mise chez les artistes, impatients de partager leur travail, leur fougue et leur passion. Le plaisir des spectateurs est au rendez-vous. D'évidence, un festival à ne pas manquer !

 

Jusqu’au 17 juin, du lundi au samedi à partir de 19h00, 5 spectacles par soirée – 1 avenue Junot, Paris 18ème – 01.42.54.15.12 – voir les pièces et les dates sur www.misesencapsules.com/calendrier/

Partager cet article

Repost 0