Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

31 au Vingtième Théâtre
C’est un thriller ? Non. C’est un polar ? Non plus. C’est un drame romantique où deux paquets de mouchoirs y passent sans scrupule ? Toujours pas. Ce n’est pas un road movie ou une pièce à sketches ?... Bon ça suffit, je sens que vous n’y arriverez pas malgré vos efforts (enfin, pas tout le monde).
« C’est une romance, c’est une belle histoire, c’est une romance d‘aujourd’hui ».
Voilà, c’est ça 31 ! Non mais attendez ! Continuez à lire, ne prenez pas la mouche comme ça, mes coches ! Rien à voir avec « les feux de la prairie » ou « la petite maison dans l’amour ». Comment, ce ne sont pas les bons titres ? Et alors ! Qui ne comprend consent, non ? En tout cas, ce n’est pas du genre série télé théâtralisée façon soap opéra. L’est pas plus belle la vie ?
C’est une savoureuse comédie musicale, avec de belles chansons, de la bonne musique et de chouettes répliques drôles et touchantes. Aux allures de conte moderne, cette jolie histoire sucrée comme une pomme d’amour (mais pas trop), piquante et piquée comme la vie quand on la raconte avec des clins d’œil complices, nous tient en haleine tout le long, surpris par la dramaturgie à tiroirs et par les jeux et les chants impeccables des artistes.
Et si les réveillons du 31 décembre, Victoire, Ruben, Stéphane (prononcez Stéphane comme pour une fille) (oui, bon !...) et Anthony, décidaient de les passer ensemble, cela donnerait quoi ?
Et si les auteurs Gaétan Borg et Stéphane (prononcez Stéphane comme pour un garçon) (oui, je sais !...) Laporte décidaient de nous raconter cette histoire en remontant le temps des dix dernières années ? Cela donnerait quoi ?
Cela donnerait ce spectacle musical agréable, enjoué et émouvant où les sentiments de fraternité, d’amitié et d’amour s’entremêlent et se hissent comme une ode au bonheur pour nous donner à voir et entendre la quête identitaire de Victoire, le désir de vie heureuse de Stéphane et le jeu de chat et souris entre Anthony et Ruben qui cachent leur amour jusqu’au dernier réveillon où coming-out et champagne seront à l’honneur.
La mise en scène ingénieuse et dynamique de Virginie Lemoine construit un univers façon puzzle servant astucieusement les scènes jouées et chantées, relevant le cocasse, la tendresse et l’humour.
Accompagnés au piano par Stéphane Corbin, le compositeur de ce musical, les comédiens chanteurs Carole Deffit, Valérie Zaccomer, Alexandre Faitrouni et Fabian Richard jouent brillamment, avec une pêche d’enfer et une justesse précise, évitant de trébucher dans le pathos et nous laissant sourires aux lèvres, les mélodies trainant dans nos têtes. Ils semblent prendre autant de plaisir qu’ils nous en donnent. C'est très sympa.
Après une dernière le 27 juin à 20h00 au Vingtième Théâtre, le spectacle sera joué au festival d’Avignon.

Partager cet article

Repost 0